grève

Ce n'est qu'un début...

Après la grande manifestation du 6 novembre 2014 qui a rassemblé plus de 120.000 personnes dans les rues de Bruxelles, après les grèves provinciales et la grève générale où en sommes-nous ?

Edito de Nico Cué, 18/12/2014.

Toutes les mobilisations sociales contre les politiques d'austérité ont cartonné. Le plan d'actions décidé par la FGTB, la CSC et le syndicat libéral a été un succès à chacune de ses étapes. Au nord du pays, au sud et au centre. Dans les secteurs privés comme dans les services publics. Dans les villes et les campagnes. Les tentatives pour briser l'unité du front commun ont jusqu'ici échoué. Les efforts de propagande du patronat conjugués à ceux de toute la droite ne portent pas leurs fruits.

Chez ces gens-là

Chez ces gens-là, il en suscite des réactions, le plan de grèves et d’actions en cours dans le pays. Surtout qu’il rencontre un total succès. Des prises de position qui pourraient être amusantes si ce n’était pas consternant…

Edito de Nico Cué, 5/12/2014.

(siehe Deutsche Fassung unten)

Grève des investissements... 600.000 chômeurs pris en otage !

Les médias de la « pensée dominante » affichent des indignations triées sur le volet. Une grève de chauffeurs de bus, de conducteurs de train ou de bagagistes d'aérogare est vite dénoncée comme une « prise d'otages » d'écoliers, de navetteurs ou de vacanciers...

Edito de Nico Cué, 14/03/2014.

(Deutsche Fassung unten)

 

Les figures de style sur les vagues d'émotions populistes ne volent jamais trop haut.

Depuis plus de 30 ans, un patronat aux petits oignons pour les détenteurs de capitaux œuvre à déprimer les salaires et organise une véritable grève des investissements dans un silence médiatique au moins aussi pesant. Car en étant la véritable cause du développement d'un chômage de masse, cette grève-là précarise plus de 600.000 chômeurs. Et pas un jour ou deux, à durée indéterminée quand ce n'est pas à perpétuité !

14 novembre 2012 : une grève historique !

Tout le monde connaît l'histoire du paysan frappé d'un revers de fortune qui entendait se refaire en réduisant ses dépenses sans développer ses ressources. Il mit progressivement son cheval à la diète et l'habitua, en douceur, à réduire chaque jour sa ration d'avoine de moitié. Pour son malheur, c'est au moment même où l'animal ne lui coûtait plus rien qu'il trépassa...

Edito de Nico Cué, 1/11/2012.

(Deutsche Version unten)

L'histoire de cet éleveur stupide tient lieu de politique économique à la Banque centrale européenne, au FMI et à la Commission.

Ces ânes imposent de longue date déjà, saignées sur saignées, au peuple grec et s'étonnent aujourd'hui de son anémie. Neuf plans d'austérité plus tard, le malade ne va pas mieux. Et sa dette que le remède de cheval devait réduire s'est au contraire approfondie.

L'échec de cette expérience est patent. Irrévocable. Dramatique...

Leur hargne

Le combat que nous menons, c’est le combat pour préserver les fondements de nos démocraties. Parce que c’est un combat contre le capitalisme d’aujourd’hui et que le capitalisme d’aujourd’hui, générateur d’inégalités de plus en plus fortes, c'est la pire menace qui pèse sur nos démocraties.

Edito de Nico Cué, 8/02/2012.

(siehe Deutsche Fassung hierunter)

A quoi sert une grève ? Dans la semaine qui a précédé l’action nationale du 30 janvier dernier, il ne fallait pas chercher trop loin ni trop longtemps pour trouver à cette question un ensemble de réponses définitives du style «ça ne sert à rien» ou même «ça fait du tort au pays». Notez, ce n’est pas nouveau. On n’a jamais vu un patron se réjouir d’une grève contre lui, ni un gouvernement se féliciter que le pays se mette à l’arrêt contre un ensemble de décisions qu’il se prépare à appliquer. 

La résignation est un abîme

Nous, Métallos de la MWB-FGTB, refusons les programmes de résignation. Nous sommes mobilisés, plus que jamais, sur les chantiers de la construction d'une autre société que celle dessinée par les fauteurs de crise et leurs larbins. Nous plaidons aujourd'hui pour un plan d'actions, au-delà de la grève du 30 janvier, un plan qui force le débat sur les alternatives que nous portons !

Edito de Nico Cué, 26/01/2012.

Les valeurs de la gauche ne sont pas solubles dans la crise des argentiers. Et en la matière, il n'y a pas de renoncement qui ne soit un abîme... En ce début d'année, Elio Di Rupo, Premier ministre PS du gouvernement sans doute le plus réactionnaire depuis 1960, a réservé l'annonce de «ses bonnes résolutions» au journal Le Soir. C'était le 14 janvier : «Il faut dire la vérité aux gens», disait-il.

Bonne nouvelle ! La vérité, c'est que les travailleurs, avec ou sans emploi, jeunes ou plus âgés, vont payer au prix fort une crise dont ils ne sont pas les coupables.

Exposition "GREVES AUX LAMINOIRS DE JEMAPPES ET A L'USINE SALIK" jusqu'au 6 février

Actualité du 24/01/2012.

Hiver 1982. La crise de la sidérurgie sévit depuis la décennie précédente. Les laminoirs de Jemappes, dernier bastion de cette industrie dans la région de Mons-Borinage, ferment leurs portes après plusieurs restructurations (et quelques années après Salik).

Expo accessible jusqu'au 6 février, du lundi au vendredi de 8h30 à 17h, à la Maison Culturelle de Quaregnon, 355 rue Jules Destrée. Entrée libre.

 

Les Métallos se mobilisent contre l'attaque sur les pensions et soutiennent le mouvement de grève et d'actions du secteur public

Actualité du 21/12/2011.

Les Métallurgistes Wallonie-Bruxelles de la FGTB dénoncent les attaques sur les pensions lancées par le gouvernement, au mépris des travailleurs, des citoyens et de la concertation sociales, et soutiennent activement le mouvement lancé par le secteur public.

Dès ce mercredi 21 décembre, le Métallos se mobilisent dans de nombreuses entreprises. Ce jeudi, des arrêts de travail ou des actions se produiront dans des entreprises comme Mecamold, la Fabrique nationale, Techspace Aero, Pratt&Whitney, Esco et d'autres.

Les Métallos lancent une journée d'action européenne sur les sites d’ArcelorMittal !

Actualité du 24/10/2011.

Les représentants syndicaux de tous les sites européens du Groupe ArcelorMittal se sont réunis ce lundi 24 octobre au siège de la FGTB à Bruxelles.

Les objectifs de cette réunion étaient les suivants : analyser la situation sidérurgique européenne au sein du Groupe ArcelorMittal, rédiger une feuille de route syndicale commune pour les semaines et mois à venir, et planifier une journée de grève sur tous les sites européens du Groupe ArcelorMittal.

NO PASARAN !

NO PASARAN !

Constant Koumbounis, délégué métallo à Fabricom-GTI, était à Athènes pour la grande mobilisation de ces 28 et 29 juin. Voici le billet d’un syndicaliste… indigné !

2/07/2011

Les mardi 28 et mercredi 29 juin derniers, les travailleuses, les travailleurs, les jeunes, les pensionnées, les pensionnés et les chômeurs grecs se sont rassemblés pour dire «NON !» aux nouvelles mesures d’austérité imposées par la Troïka (Commission européenne, banque centrale européenne et Fonds monétaire international - FMI).

Ces mesures d’austérité sont encore plus dures que les précédentes : elles mettent un peuple à genoux, elles enlèvent à ceux qui n’ont presque rien le «presque». Comme cela il ne leur reste rien.