Celui qui ne combat pas a déjà perdu !

Celui qui ne combat pas a déjà perdu !

Après près d’un an de négociations, le site de production de l’ex-Wendt Boart est maintenu avec à la clé la sauvegarde de la totalité des emplois. C’est une très bonne nouvelle pour les travailleurs et leurs familles car l’annonce du 22 juin 2017 ne laissait que très peu d’espoir pour une éventuelle reprise. Les activités de Wendt Boart passent entre les mains du groupe Altifort. Nous sommes allés à la rencontre de la délégation MWB-FGTB Brabant.

6/09/2018

Rétroactes sur les événements survenus depuis juin 2017 avec deux représentants MWB-FGTB : Christian, 58 ans, délégué depuis 30 ans et Kamel, 55 ans, délégué depuis près de 25 ans.

Le 22 juin 2017, la direction de l’entreprise Wendt Boart fait part de son intention de cesser ses activités sur le site de Nivelles et ce malgré de plantureux profits réalisés par le groupe 3M, détenteur du site. Le site de Nivelles est directement touché par la suppression de 107 travailleurs.

L’entreprise est spécialisée dans un secteur très pointu travaillant essentiellement avec l’automobile. Des repreneurs potentiels se sont présentés mais les clauses de reprise proposées par l’entreprise sont de nature à les décourager. Au départ, le groupe 3M ne voulait pas, en réalité, céder ce site pour des raisons de stratégie, évitant ainsi d’avoir un concurrent potentiel sur le marché. Le groupe voulait stopper net les activités en proposant un plan social.

Du côté syndical, la priorité des travailleurs et de leurs représentants de la MWB-FGTB est le maintien de l’emploi. La majorité des travailleurs concernés sont des ouvriers de 50 ans et plus, qui auraient eu les plus grandes difficultés à retrouver  un emploi.

L’unique solution est un repreneur crédible. C’est pourquoi les travailleurs ont décidé de faire pression sur la direction afin qu’un repreneur soit trouvé. Après plusieurs jours de grève, les négociations reprennent dans le cadre de la loi Renault. Même si le moral des troupes était dans les chaussettes, la volonté de poursuivre le combat restait intacte. C’est fort d’un rapport de force construit grâce aux travailleurs, que les négociations se poursuivent. En même temps, des démarches tous azimuts sont entreprises pour sensibiliser les acteurs politiques.

Début 2018, deux repreneurs potentiels se manifestent. Une piste sérieuse est retenue : le groupe Altifort. C’est un groupe industriel international créé en 2013, et  constitué de plusieurs sociétés en Europe. Altifort développe des produits et des services pour l’industrie. Le futur repreneur rencontre les syndicats sans la direction de 3M. Le but étant d’expliquer le projet industriel. Le projet proposé  aux représentants des travailleurs semble attrayant. Il est présenté  à l’assemblée du personnel qui l’approuve unanimement.

Suite à l’accord des travailleurs, les négociations de rachat entre les groupes 3M et Altifort démarrent sérieusement. Ces démarches ont duré quelques semaines avant l’annonce officielle en avril 2018.  C’est lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire que le groupe 3M annonce de manière officielle  la vente de sa filiale Wendt Boart à Altifort Group.

Dès le départ, le maintien de l’emploi avec le maintien des acquis était le seul objectif  des représentants des travailleurs de la MWB-FGTB.  Certes, le repreneur souhaitait garder  85 travailleurs sur les 107 mais  finalement Altifort décide de maintenir l’intégralité des emplois. Car ces travailleurs représentent une richesse, un savoir-faire et une expérience unique dans un secteur très pointu. Autre bonne nouvelle côté emploi, l’embauche des intérimaires. Là également, les délégués syndicaux ont pesé de tout leur poids pour leur décrocher un contrat.  

Depuis la reprise des activités par Altifort, de nombreux signaux positifs sont donnés par la direction : l’embauche de commerciaux pour démarcher de nouveaux clients, des investissements dans l’outil de production. Ce sont des indicateurs positifs, néanmoins les syndicats restent vigilants  et attentifs à l’évolution de la situation.

Près d’un an après l’annonce de la fermeture pure et dure, les travailleurs ont obtenu ce pour quoi ils se sont battus, le maintien de leur outil et de leurs acquis. « Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu. »

Délégation MWB-FGTB Brabant de l’entreprise ALTIFORT BOART