Communiqué de presse MWB-SETCa : Mittal Go Home ! Nationalisation de la sidérurgie intégrée !

Actualité du 24/01/2013.

 

Mittal organise l’explosion de Liège

Depuis quelque semaines, et de façon préméditée et très organisée, le groupe Mittal programme la fin industrielle du bassin sidérurgique liégeois.

Contrairement aux accords pris, il refuse un plan industriel pour le froid de Liège après avoir décidé la fermeture du chaud.

Il vient d’arrêter un outil majeur (le train à large bande) ; il organise l’implosion même des cinq lignes dites « stratégiques » et va rendre les sept autres complètement inopérationnelles : le massacre va toucher de suite des centaines d’emplois et à court terme les 2.000 restants.

En une semaine, appelant tous les acteurs de logistique (SNCB, transports routiers et fluviaux), le groupe vide tous les stocks et les délocalise un peu partout : plus de 7.000 tonnes viennent d’être évacuées comme si un tsunami allaient les emporter.

Des annonces pires encore se préparent !

Jamais, la situation n’a présenté une telle gravité.

Nous avions raison : la nationalisation est LA solution.

L’ensemble des organisations syndicales prennent dès maintenant les positions suivantes :

1° Un mot d’ordre de grève immédiate sera donné en cas d’annonce de nouvelles fermetures dans le bassin.

2° Une manifestation d’envergure sera organisée à Luxembourg en liaison avec des organisations syndicales d’autres pays.

3° Il faut d’urgence jeter le groupe Mittal hors de Liège.

Pour rappel, le 25 septembre 2012, en assistant à l’enterrement de la phase liquide de Liège, le gouvernement wallon dans son ensemble (tous partis confondus) a pris attitude de soutenir et d’améliorer l’ensemble des 12 lignes du froid de Liège. Les réunions tripartites qui en ont découlés n’ont reçu que mépris de la part du groupe Mittal.

Le gouvernement fédéral, en présence du premier ministre et des plus importants ministres (également tous partis confondus) ont été informés de la situation.

Devant le constat que nous faisons actuellement, nous en revenons à notre position bien étudiée de départ : Relance d’une sidérurgie intégrée avec une large maîtrise par les pouvoirs publics en collaboration avec d’autres sidérurgistes européens de taille moyenne.

Cette exigence qui ne traduit qu’une volonté de survie peut se concrétiser très vite tant les dossiers préparés avaient été poussés très loin.

Francis Gomez, Président Fédération des Métallurgistes FGTB Liège-Luxembourg.

Égidio Di Panfilo, Secrétaire Général Setca-Liège