Overslaan en naar de inhoud gaan

Des congés payés ? Merci les grévistes !

a

A l’heure où nous écrivons ces lignes, certains d’entre nous ont déjà entamé leurs vacances annuelles.  D’autres se préparent à un arrêt estival bien mérité après une énième année difficile, celle-ci induite pour le coup par une crise sanitaire qui ne nous a laissés que peu de répit.

Il est bon de se rappeler que ces congés payés ne tombent pas du ciel ! Ils ont été étendus à l’ensemble des travailleurs grâce à un mouvement démarré il y a 85 ans de cela dans le port d’Anvers et qui s’est entendu à tout le pays. Cette lutte se concrétisera par la loi du 8 juillet 1936 !

 

Cette avancée majeure, à l’échelle de notre pays, n’a pu avoir lieu que grâce à des actions fortes menées par les travailleurs. Ces congés, il a fallu les imposer au patronat et au gouvernement ! Mouvements de grogne, manifestations, actions, comme souvent sous champs de tensions.  

En revenant à aujourd’hui et puisque nous évoquons l’importance des luttes sociales, nous rappelons qu’en septembre, se tiendront des audiences liées au procès menés contre 17 de nos Camarades de combats qui portent avec nous, ce flambeau de la militance hérité de nos ainés. Nous restons mobilisés pour leur défense tout autant que pour nos libertés d’actions.

Nous le rappellerons sans cesse : sans liberté d’action, pas de progrès social possible !


Après les congés ? La lutte continue !

Notre pause estivale sera d’autant plus nécessaire et bienfaisante que les défis de la rentrée s’annoncent importants.

Début septembre, une conférence sur l’emploi sera organisée par le Ministre qui en gère le portefeuille ; avec en toile de fond des dangers importants et pernicieux en termes de politique d’activation impactant de plein fouet les malades, les prépensionnés et travailleurs sans emploi entre autres ; mais apportant également de nouveaux dérèglements en matière de flexibilité (travail de nuit, …).

Nous serons aussi en lutte dans le cadre de la politique des fins de carrière et des pensions. Nous resterons vigilants quant aux périodes assimilées pour nos pensions ainsi que sur la politique en matière de métiers pénibles.

Nous renforcerons également notre campagne contre la loi de ‘96 afin d’en assurer une modification avant le prochain accord interprofessionnel.  Voilà pourquoi les Métallos soutiennent la proposition de loi déposée par notre regretté Camarade Marc Goblet et

Raoul Hedebouw et qui vise à redonner de l’oxygène à nos salaires.

Nous affronterons par ailleurs, à la rentrée, les négociations sectorielles avec la ferme intention de défendre au mieux les intérêts des travailleuses et travailleurs de l’ensemble des secteurs métallurgiques.

Une rentrée pleine de défis donc mais avec des Métallos plus déterminés que jamais !


Hillal Sor, Secrétaire général