Aller au contenu principal

Editos

Edito

La droite devait conquérir tous les gouvernements du pays. C’était le programme à la veille de l’été. Elle régnait déjà sans partage sur la Flandre comme sur l’Etat fédéral. Il lui fallait Namur puis Bruxelles et la Fédération... A la rentrée des classes, la « pelle » du 19 juin se solde par la prise en otage des Wallons et… l’échec des putschistes en Région Capitale comme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Edito

La droite gagne aujourd’hui son pari : construire sur les ruines d’un modèle social arraché aux puissances du fric au lendemain de la guerre, un nouveau monde taillé sur mesure pour les puissants, les compétitifs, les roublards… Un monde où l’inégalité s’imposerait comme norme «acceptable». La gauche patine, s’embourbe, recule. Nous sommes dos au mur. Au pied du mur ?

Edito

Par un beau lundi d’un printemps tirant sur sa fin, Benoît Lutgen a fondu un plomb, pété un câble. Dans son parti, il ne s’est trouvé personne pour le retenir. Le freiner. Le raisonner. En coupant le courant, le CDH a brutalement plongé dans le noir les gouvernements de Wallonie, de Bruxelles et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Edito

Marc Goblet s’en va. Il a assuré et fait beaucoup mieux que cela. Dans un contexte politique difficile. Face à des hostilités internes et externes souvent injustes. En dépit d’ennuis de santé sérieux… Robert Verteneuil arrive. Bien élu. Les défis qui l’attendent seront de même nature. Ils demeurent, pour le mouvement ouvrier et l’avenir du syndicalisme, gigantesques voire existentiels.

Edito

« Modernité ». Un mot qui pue. Outil de propagande moderne qui annonce, en réalité, le retour de l’ancien régime ! Faut-il que tout semble changer pour que rien ne bouge ? Voilà bien la question que posent les premiers temps de la «nouvelle» législature française.

Edito

Quand une république bananière met en danger l’intégrité physique de sa population, elle est sûre d’encourir la condamnation des âmes bien nées comme celle des défenseurs des droits universels. La Belgique, non. Peut-être parce que les Belges n’ont plus la banane …

Edito

Douche froide. Glacée. Un optimisme bienfaiteur qui grandissait à la faveur de la campagne électorale française s’est trouvé, au lendemain du premier tour, rincé comme un lendemain de Fête du Travail arrosée déraisonnablement.

Edito

Elle pète la forme la France… insoumise. En quelque mois, «primaires» républicaines et sociales-démocrates comprises, les Françaises et les Français auront eu l’occasion d’exprimer des choix décisifs à six reprises en comptant aussi les prochaines législatives. Quelle santé pour une vieille démocratie !

Edito

Dans le beau monde, le beau linge, ça compte. Fillon se fait remonter les bretelles pour quelques costumes offerts « sans arrière-pensées » par un mécène à qui il a fini par renvoyer la marchandise après le vent favorable : la garde-robe comme enjeu politique, c’est assez neuf. Chez nous, rayon « chiffon », la question serait plutôt de savoir si c’est le costard qui est trop large ou si c’est le Premier ministre qui manque de carrure…

Edito

Le gouvernement gouverne. Il écrit le présent. Mais qui tient réellement la plume ? Et qui est plumé à la fin de l’histoire ?